Via lusitana

« Ce sont les Portugais qui m’ont fait aimer le Chemin » : témoignage paru dans le bulletin Camino 102 de février 2011

21 réponses à Via lusitana

  • admin dit :

    Bonjour,
    Normalement, il y a un balisage entre Compostelle et Fatima, ce qui fait déjà une grosse partie du chemin. Jusqu’à Fatima, pèlerins de Compostelle et de Fatima se croisent donc. Bon chemin!

  • Rey Mélissa dit :

    Bonsoir, mon ami et moi aimerions faire le chemin du Portugal à l’envers c’est à dire de Compostelle à Lisbonne car nous avons déjà fait une partie du chemin l’année derniere en partant de Puente la Reina. Nous sommes arrivés a Leon ( moitié du chemin jusqu’à Compostelle en partant de la frontière espagnol). Nous aimerions donc, cette année, achever notre chemin jusqu’à Compostelle et poursuivre en descendant au Portugal jusqu’à Lisbonne. Pour ceux qui ont déjà effectués ce chemin à l’endroit (ou à l’envers.. qui sait :)) on aimerait savoir si cela vous semble compliqué ?

  • Bouheben40 dit :

    Bonjour à tous,
    Je viens de terminer le chemin depuis Porto sur la Via Lusitana. En dehors de la sortie de Porto (10 km sur bitume) et de la partie Tui – Porrino cela reste un parcours agréable et très diversifié. Sur la partie Portugaise, on peut trouver facilement un logement entre 2 étapes afin de réduire les trajets ou au contraire prolonger les étapes. Les habitants sont très aimables et n’hésitent pas à vous encourager.
    J’ai fait le parcours seule en 8 jours et j’ai toujours été bien accueillie par les commerçants chez qui je m’arrêtais pour me ravitailler et dans les refuges. Le budget moyen pour une journée est de 20€ en comptant les « goûters », logement et repas.
    Palme d’or de l’accueil au refuge de Tamel (entre Barcelos et Ponte de Lima). Le plus confortable avec un excellent rapport qualité prix revient à l’Albergue Corredoiras à Padron où pour 16 € vous avez un lit avec rideau pour respecter votre intimité, ils vous fournissent la couverture, les draps, vous lave et sèche votre linge, wifi et laissent à votre disposition assez de vaisselle et tout ce qu’il faut pour le petit déjeuner.

  • jacques RANAIVOSON dit :

    Mabillard Marie-Thérèse

    Madame pouvez-vous me donner d’autres renseignements concernant ce voyage depuis PORTO
    pouvez-vous m’appeler au 06 82 43 04 15 –

    Merci d’avance

  • taiclet juliette dit :

    desirant faire le chemin portugais central ,l,annee prochaine et marchant seule ,j,aimerai avoir de plus ample renseignement sur ce parcour, en 2015 j,ai déja fait lectoure à santiago et toujours seule, j,ai adoré. je fais cette demande auprés de marie_therese mabillard qui vient de terminer son chemin avec son époux

  • Mabillard Marie-Thérèse dit :

    Bonjour,
    Mon mari et moi venons de terminer le chemin de St-Jacques depuis Porto. Nous voulons partager les bons moments passés sur la Via Lusitania. L’étape de Barcelos à Ponte de Lima étant longue pour nous, nous l’avons effectuée en deux fois. La première partie, nous sommes arrêtés, le soir, chez Fernanda et Jacinto Gomes, au lieu dit Corgo. Quel accueil ! A l’arrivée, ce jour-là il faisait tellement chaud, que Fernanda nous a accueillis comme des princes – eau en quantité à boire – salade de pdt – fruits et le soir un repas digne des meilleures tables rencontrées sur le Chemin. Vraiment cette rencontre a été merveilleuse, comme nous étions très éprouvés par la chaleur. Ces 12 étapes ont été un pur bonheur – les Portugais qui nous ont accueillis tout au long du Chemin sont vraiment des gens très généreux et très serviables, de même qu’en Galicie ! Au gîte Ninho à Rubiaes, la propriétaire vous accueille avec du thé et des biscuits. Elle vous prépare le petit déjeuner à 6h00 du matin, si vous voulez partir très tôt. Nous garderons, pour toujours, un excellent souvenir de la Via Lusitania. Et de plus le balisage était parfait sur toutes les étapes.

  • Etoile dit :

    AVIS : Pour être passée par Monsanto en avril 2016, sur la route de Fatima. Je vous déconseille FORTEMENT l’arrêt dans « café arbiru », qui se trouve dans le coeur de la ville et sur le passage des pèlerins (ce café est dans le tournant de la rue sur votre gauche). Il propose 4 lits, dans une pièce sans fenêtre au rez-de-chaussée, la porte d’entrée est sur le trottoir, elle est métallique en bas et la moitié haut est en vitre sans doublage, avec un semblant de salle d’eau où l’eau ne s’évacue pas. Dans la pièce il y a des fortes odeurs de remontées des égouts, d’ailleurs un tuyau non bouché y ramène les odeurs. On m’a proposé un lit avec des draps non changés, on pouvait voir les poils et autres saletés dans autres passagers, ainsi que la poubelle avec les ordures et le comble 12,5€ ! Pas d’endroit où laver le linge et encore moins envie de dîner dans leur café. Comme il pleuvait sans cesse et douleur au pieds, je me suis sentie comme « n’avais pas d’autre choix » d’y rester quelques heures. Au final, à 4h du matin je suis partie, ayant très peu dormi à cause des odeurs et du froid et de l’insalubrité des lieux. J’aurai mieux aimé trouvé un abribus pour la nuit. Et bien sur l’accueil inhumain !

  • dubayle dit :

    bonjour,
    je prévois de faire le chemin portugais de porto à Santiago avec ma fille agée de 13 ans.
    nous avons déjà les billets d avion et le guide Lepère pour nous aider, seulement à la lecture de certains blogs je crains de me retrouver en galère de gites sur certaines etapes, aussi j’ai pu constater qu’il y a une variante qui longe la cote, si quelqu’un la faite pourrait il me dire si cela pourrait etre plus cool pour ma fille, si toute fois elle aurait la possibilité de se baigner (elle n est pas frileuse :) ).
    merci pour vos réponses :)

  • Roux Fran dit :

    peut être pourriez vous donner ces infos sur leprochain bulletin du camino. Elles pourraient être utiles à d’autres. Merci

  • Roux Fran dit :

    il s’agit de la pensao Anacleto donnée dans le guide ainsi que dans le guide de Gérard du camino.
    Fort heureusement nous avons pu nous rabattre sur l’hotel à côté ; on n’osait pas s’y présenter car 4 étoiles !! et donné sur le guide à 48 euros/personne.
    Accueil très sympathique et chambre pour 2 à 55 euros, petit déjeuner compris. Comme il était très copieux, nous y avons même fait nos provisions pour le midi !! vraiment ça a été un (grand) mal pour une (énorme) bien.

    autres choses que nous voulions partager avec les futurs pèlerins de ce camino :
    – Ne vous fiez pas trop au kilométrage donné par les guides. il nous est arrivé de faire 5 kms de plus que ceux indiqués.
    – Le chemin a été modifié -étape 15 – et ne correspond pas du tout à celui donné sur les cartes des deux guides. (avant d’arriver à Perosinho, après on ne sait pas, on a appelé un taxi par manque de temps).
    – Modification du chemin aussi de Fatima à Caxarias. Les flèches vous emmènent bien loin du centre heureusement Maria Rodriguez et sont époux ont été adorables et nous ont récupérés. Ils restait au moins 4/5kms jusque chez eux. Très bon accueil et excellent repas et petit déj !!
    – l’année prochaine 100 ans de Fatima !!! venue du Pape François : choisissez bien vos dates ça va être de folie.
    – très beau gite tout neuf à Alvorge et le patron du bar restaurant Victor, super serviable et disponible.
    – Le gite de Mealhada (Pere Grinos) : usine à pèlerins. Cochon de lait même pas bon. Cher pour le service rendu. Lits de camps très instables et très repliables.
    – Albergaria velha : belle auberge toute neuve et hospitalier très sympathique et accueillant. Dommage le froid ce soir là. Sinon, parfait.
    – Porto : très belle ville. Le séminaire de Vilar un peu loin du centre mais très propre et agréable.

    Suite, l’an prochain si tout va bien

  • admin dit :

    Merci de votre retour, pouvez vous me donner le nom de la Pension ?

  • Roux dit :

    La honte du chemin portugais.
    Nous venons d’arriver à Oliveira de Azemeis. Les guides donnent une pension … Nous y allons en confiance.
    C’est un endroit pourri et sale. On est des pèlerins. Je n’oserais même pas y mettre un mendiant.
    En plus ça coute 35 euros/sans petit déjeuner.
    On ne comprend pas que des guides osent envoyer des gens là dedans. On arrive fatigués on a besoin d’un minimum de (ré)confort. Pas de se retrouver dans un truc sordide et glauque. Tenu par une espèce de mère maquerelle. Elle n’a pas fait d’histoire pour nous rembourser. On aurait appelé l’hygiène.
    Surtout n’y allez pas amis pèlerins.

  • PORET -Alain dit :

    bonjour Daniele

    pour répondre à votre demande,
    merci de laisser vos coordonnées de contact à cette adresse mail :

    pourlechemin@yahoo.com

  • auduit daniele dit :

    bonjour. Notre projet est de partir fin mai de Lisbonne via St Jacques de Compostelle. Nous souhaitons des infos pratiques, qui concerne le budget, la météo si possible, l’hébergement qui semble d’après le guide peu nombreux. Le balisage est-il suffisant? Merci à vous pour ces infos

  • GAY Michel dit :

    A Alain POIRET
    Nous sommes trois peregrinos « nissart » retraités
    L’année dernière au mois de juin, nous avons fait Irun – Compostelle en passant par le chemin primitif.
    Cette année nous avons planifié de faire la via lusitana au mois de juin. Départ de Lisbonne le 7 juin.
    Nous avons bien aimé ton récit car nous marchons en « autonome » libres de toute contrainte temporelle. Bivouacs à la belle étoile ou sous un porche par temps de pluie, bombeiros, et auberges des pèlerins.
    Alain, pourrais-tu prendre contact avec nous pour plus d’information sur l’hébergement chez les bombeiros et casa da misericordia.
    Mon adresse courriel est gaym.perso@gmail.com
    Merci d’avance

  • NOEL dit :

    merci à ceux qui donnent les indications … sympa !

  • MEHAT Marie-Annick dit :

    Bonjour,
    j’envisage de partir de l’extrême sud du Portugal pour aller jusqu’à Compostelle puis Muxia en 2016.
    Merci de me faire parvenir toute information utile (notamment les hébergements, la météo, les possibilités de bivouac, etc…)directement à mamatxi.ma@orange.fr. Je connais le chemin du Puy à Santiago que j’ai parcouru à l’automne 2014.

  • Laurence dit :

    Bonsoir à tous!
    Je prévois marcher la côte Portugaise en Septembre 2015!
    Il y a beaucoup d’albergues sur le chemin? Le balisage est bien? Le chemin longe vraiment la côte? Le chemin est populeux un peu?

    Merci de m’envoyer vos informations!!
    Laurence

  • PIGEAU Valérie dit :

    Bonjour amis Pèlerins !

    je prévois, le 2 juin prochain, la Voie du Portugal, de LISBONNE à SANTIAGO, puis FISTERRA.
    Si vous avez des infos utiles à me communiquer, ce sera avec plaisir.

    VALERIE

  • Poret Alain dit :

    Le 21 mai 2014 , Roland , Jacques et Alain se retrouvent à l’aéroport de Marseille pour un envol vers Lisbonne (Lisboa – LX – Lisboa cidade da tolerância) , pour une durée de vol de deux heures.Arrivé au Portugal , il y a un décalage horaire de moins une heure.
    Le lendemain , découverte de la ville en faisant usage d’un pass- multi.transport métro/bus/tramway valable 24H.
    Au programme: le port , le château St Georges , la cathédrale , l’ascenseur de Santa Justa , la tour Belém , la visite du mercado da Ribeira ou nous achèterons quelques boîtes de sardines pour mettre au fond du sac… enfin le hasard du calendrier a voulu que nous assistions au défilé et à la présentation de la coupe d’Europe de football .
    Le 23 mai à 6h30 , le premier métro nous amène à la station Oriente qui se trouve sur l’emplacement de l’exposition universelle de 1998 et qui est le point de départ des 600kms du

    Il y a un double balisage : flèche jaune (camino de Santiago) et flèche bleue (camino de Fatima).
    Au cours des premiers jours , la mer de paille et le fleuve Tage seront fréquemment en visuel .
    Première petite pluie , très bien pour roder l’équipement !
    Premiers contacts avec la population qui s’exprime très souvent en français , pour nous c’est sympa !
    Premier hébergement chez les Bombeiros (casernes des pompiers) ou il règne une ambiance conviviale très particulière.
    Le lendemain , un autre type d’hébergement qui se répétera : la casa da miséricordia . Il s’agit d’établissements pour personnes dépendantes et nécessiteuses. Avec eux , nous partagerons donc simplement leur repas et dans une pièce servant habituellement de halte garderie pour des petits enfants , il sera mis à notre disposition quelques matelas .
    Jusqu’à la ville universitaire de Coimbra , les hébergements se répartiront entre bombeiros , casa da miséricordia , petits hôtels à prix modiques et hébergeurs privés .
    Par contre , sur ce tronçon , la marche sur le goudron sera souvent de mise. Il y aura quand même les parcours en longeant les digues du Tage , les quintas , les champs de tomates et les vignobles.
    La gentillesse des habitants sera toujours au rendez-vous ,c’est un des points forts de ce cheminement.
    Après l’effort de la marche , pour reprendre des forces , les repas régulièrement proposés seront très copieux et bien arrosés par ces délicieux «vinho verde et vin de Porto» qui sont un bon complément de fin de journée à l’eau copieusement ingurgitée tout au long du parcours. 
    Fatima arrivera rapidement avec un superbe accueil au gîte des ‘ pélerins’ (au sens large du terme).

    Pour FATIMA ….. ce qui est dit et ce qui c’est passé :
    François Marto (1908 – 1919) et sa sœur Jacinthe Marto (1910 – 1920) naquirent à Aljustrel , hameau de la paroisse de Fatima. En compagnie de leur cousine Lucie Dos Santos (1907 – 2005) , ils eurent la grace de voir trois fois un ange et six fois la très sainte mère de Dieu qui les exorterent à la prière et à la mortification afin d’expier les péchés et d’obtenir la conversion des pêcheurs et la paix dans le monde. Brûlant d’amour pour Dieu et les âmes , ils eurent une seule aspiration : prier et souffrir comme leur avait demandé l’ange et la Sainte Vierge.

    Pour ceux qui le désirent , dans un esprit de communion , il y a sur l’esplanade de la Cova Da Iria un chemin que l’on parcourt sur les genoux jusqu’à la chapelle des apparitions.

    A partir de Fonte Coberta , il y aura la traversée très agréable de quelques villages de campagne où le pèlerin est particulièrement bien attendu.
    En ce 31 mai 2014 , le soleil et la chaleur sont au rendez-vous .
    A l’entrée de la ville de Coimbra , le cloître « Rainha Santa Isabel » sera notre premier hébergement dans un albergue Compostellan …. mais à 19heures nous sommes « cloîtrés » au sens réel du terme !
    Au niveau gastronomie , nous sommes régalés par un juteux ARROZ COM MARISCOS qui s’apparente à une paella et ou l’accompagnement du vinho verde blanc local fait merveille.

    SANTIAGO est à 350kms.

    Les forêts d’eucalyptus , de pins et la culture du vignoble sur des arceaux (pour le vinho verde) font désormais parti du visuel quotidien.
    A l’étape de Mealhada s’impose la dégustation de la spécialité du pays «le petit cochon de lait »
    Porto est tout proche , mais à Albergaria A Velha nous nous posons dans une résidentiale qui a la particularité d’être un très vieux entrepôt à vin.Le souper sera pris au milieu des barriques qui délivrent un succulent nectar rouge rubis.
    Au cours de ce cheminement,à la vitesse des pas,l’on prend la mesure du désastre économique de ce pays.Multitude de maisons à vendre et même parfois abandonnées.Nous avons l’occasion d’aborder ce sujet avec des personnes de rencontre.A leur contact,nous ne pouvons que nous dire que la France est un beau et bon pays.
    La ville de Porto sera l’objet d’une halte touristique de 24h . Le pont Eiffel sur le Douro , la cathédrale , la librairie Lelloe Irmao qui fait partie des plus belles librairies du monde et qui aurait inspirée JK Rowling la romancière de la saga Harry Potter , les azulejos de la gare de Sao Bento , le centre historique et la visite des caves de Porto (avec dégustation) occuperont pleinement cette journée.
    Maintenant , le chemin devient un peu plus compostellan du fait de l’approche de la Galice. Les chemins de terre supplantent avantageusement le goudron. Ponts anciens , voies Romaines , vieilles églises sont de la partie.

    La ville de Barcelos se fait fort de nous conter l’histoire de son coq.

    Cette histoire, reproduite dans tous les guides touristiques, imprimée sur toutes sortes de supports, s’est évidemment diversifiée avec le temps en une foule de versions et de variantes.
    Mais nous pourront retenir celle-ci :
    Une certaine fois à Barcelos, un homme fut condamné au gibet. Convaincu de son innocence et pour la prouver, il implora Notre Dame de faire un miracle. Et, pour dernier vœu, il demanda à être reçu par son juge. Celui-ci le reçut dans sa salle à manger ; le condamné, dans un inattendu défi à la Providence, voyant un coq braisé sur la table du juge, jura que le coq se lèverait et chanterait pour prouver son innocence. Aussitôt dit aussitôt fait, le coq se leva en chantant.
    Cette légende est passée de génération en génération et le typique et bien connu « coq de Barcelos » est devenu ainsi un des symboles du Portugal. Il est symbole de foi, de justice et de bonne chance.
    Un restaurateur de cette ville aura la sympathique idée de nous faire déguster , de trois façons différentes , le Bacalhau qui est à base de morue .
    A partir de Ponte De Lima la structure des albergues devient plus imposante. Nous sommes dans la zone des 200 kms de Santiago . Il faut commencer à composer avec la cohorte des jeunes gens , pour la plupart Portugais et Espagnol , qui ne font que cette fin de parcours afin d’obtenir la Compostella délivrée à Santiago.
    Valença , la ville fortifiée par Vauban , sera le lieu de passage du pont de Gustave Eiffel sur la rivière Minho pour rejoindre juste en face la ville de Tui en territoire Espagnol .
    Il faudra avancer nos montres d’une heure.

    Redondela , Pontevedra ou nous dégusterons le poulpo à la galicia cuisiné sur le bord du trottoir et Valga seront les dernières étapes avant l’arrivée finale sur l’esplanade de la basilique de Santiago de Compostelle . Ce 16 juin 2014 , ensoleillé , marquera la séparation des trois pèlerins qui venaient de vivre ce superbe cheminement …. qui comme à son habitude , a favorisé de très belles rencontres et permis de découvrir ‘à la vitesse des pas’ de belles contrées.

    Ultreïa

  • CLENET Thérèse dit :

    Je viens de lire – toujours très attendu – votre dernier bulletin n°151. Je voudrai répondre à Laurent Bordet sur sa vidéo « Sur le Chemin de Compostelle – Partage ». J’ai commencé ne pensant pas aller au bout des 28 mns (n’ayant pas le temps). Je suis restée scotchée devant mon écran. Ah alors, quelle vidéo, quelles photos, quels commentaires sur une ardoise signé l’Alchimiste. J’en ai « l’écrit » coupé… Que dire ? Tout est un ensemble harmonieux, aussi bien la musique que la qualité des photos : églises, chapelle, champs, chemins, animaux, architecture des régions traversées. Peu de bla-bla justement il m’a suffit de revivre ce tout avec beaucoup d’émotion. A RECOMMANDER vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Panier

Carte Bancaire BNP - CB - Visa - Mastercard - Paypal

Coin des libraires

Pour les libraires uniquement (pas pour les particuliers !), les guides Lepère sont diffusés par

Cartothèque-Editour
Z.A.C. de la Liodière
25 rue de la Flottière
CS 30445
37303 JOUE LES TOURS Cedex
Tél : 02 47 62 28 28

Menu