Pourquoi prendre le chemin de Compostelle?

En chemin vers Estella

En chemin vers Estella, sur le camino frances

Témoignage paru dans le bulletin Camino de janvier 2013

Je pense qu’il y a de multiples raisons à cela qui ne tiennent ni à l’âge ni à la condition sociale et encore moins à la croyance. Il vient un temps, je crois, où l’on a besoin de s’asseoir sur le bord du chemin et de chausser ses chaussures de patience. Il n’est pas nécessaire ni utile de prendre un chemin dans la précipitation. L’impatience, la volonté ou le désir de tout savoir, de tout acquérir : connaissance, réponses, sagesse… sont futilité. Cependant, il faut se soumettre à son intuition que le temps est venu de faire le point.

– Certains partent avec tout ce qu’il faut pour marcher vite, faire le plus de km possible en un minimum de temps possible. C’est une approche qui en vaut une autre, mais qui satisfait l’ego et le côté exploit, qui a sa valeur, mais ne touche que les muscles et le cerveau et non l’âme elle-même. Encore n’en suis-je pas aussi certain.
– Mais la recherche personnelle est plus liée à la volonté de retrouver la santé pour quelqu’un, l’amour pour soi-même, comme ces docteurs africains qui peuvent ramener à la maison l’amour de sa vie ; elle est assimilable à l’apaisement de l’ego.
-D’autres encore, en rupture la plupart du temps avec leur famille pour cause de séparation, de divorce, de rejet, recherchent des relations basées sur les mêmes valeurs d’essentiel : le boire, le dormir, le manger, le parler. Je pense que ces nécessités sont dans l’ordre. Ils ont besoin d’un contact fondé sur des valeurs communes à tous. Loin du paraître, ils cherchent l’être chez l’autre mais aussi en eux-mêmes. Ils souhaitent s’écarter du paraître pour aller chaleureusement et fraternellement vers les autres et les accueillir de la même façon. C’est aussi peut-être une façon terrible de cacher une solitude morale douloureuse.
-Il y a aussi ceux qui tentent de regarder enfin les cicatrices que la vie n’aura pas manqué de leur laisser. Ils sont plus sereins, calmes. Ils voient le paysage autour d’eux, se sentent plus allégés aussi et constatent aussi que les souffrances passées sont guéries, que les plaies sont refermées aussi profondes soient-elles.
-Enfin, ceux qui ont une recherche spirituelle sont plus complexes à saisir. J’ai pu voir des livres d’or remplis de paragraphes sur des vrais pèlerins. « Un vrai pèlerin » qui avait accompli jusqu’à 15 fois le chemin alors que d’autres ne l’avaient fait qu’une fois.

Que peut donc être cette recherche spirituelle si importante pour qu’elle puisse appeler n’importe qui à prendre ses godillots et son bâton pour aller à Saint-Jacques ? Celui qui a fait 15 fois le chemin est-il devenu plus sage pour autant ou n’est-il qu’un collectionneur de compostelas ? Une fois suffit-elle à devenir plus sage ? Il est des livres que l’on redécouvre après les avoir lus des années auparavant. Il en est de même des chemins, du même chemin que l’on
reprend. Il faut parfois changer de périodes pendant l’année pour que la couleur du feuillage change et que les émotions soient différentes. Il m’est arrivé parfois de rester béat devant un paysage comme un gloria qui montait du plus profond de moi-même et de me dire que j’avais une chance inouïe de me trouver là. Il y a aussi l’impression que quelqu’un d’autre marche auprès de moi ou que des présences se font sentir. Les pas, la sueur, la souffrance mais aussi la joie, l’allégresse de ces millions de pèlerins qui sont passés avant doivent imprégner chaque pierre du sentier. C’est alors que l’on ne prend pas le chemin mais que le chemin nous prend. En mai dernier, un prêtre qui officiait lors de la messe des pèlerins à St-Jacques se demandait pourquoi hommes et femmes prenaient le chemin, pourquoi ils avaient décidé de quitter leur foyer, leurs amis, leur confort pour connaître la souffrance, la soif, la solitude dans l’effort. Il disait que c’était pour rencontrer Maître Jacques et « al final dal final », rencontrer Dieu et soi-même.

Franck Besombes

3 réponses à Pourquoi prendre le chemin de Compostelle?

  • Henri CHUN dit :

    Bonjour tout le monde,
    Je suis dans un état de hésitation.
    Je ne sais pas comment y prendre pour décider de partir faire tout le chemin en seul coup.
    Mon cœur ( ou plutôt mon désir ) balance entre « fait le » et « attend que que ça soit prêt ».
    Dur et très dur de ne pas pouvoir décider.

  • Elise dit :

    Exactement Louise moi je suis partie 2 semaines sur le chemin et finalement au tournant d’un bois j’ai rencontré Alexandre, j’ai donc décidé de continuer 2 semaines de plus avec lui … et aujourd’hui nous sommes mariés ….. donc n’attendez pas pour partir et faire de magnifiques rencontres !

    Ne résistez pas à l’appel du chemin !

    Buen camino amis pèlerins !!
    Elise

  • Louise Sénéchal dit :

    Evelyne pourquoi attendre 10 ans, pas besoin de partir longtemps et faire le chemin au complet, il, s’agit de partir 3 ou 4 semai es durant la période de vacances et en faire une partie et y retourner l’année suivante. Souvent c’est nous qui nous mettons des barrières !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Panier

Carte Bancaire BNP - CB - Visa - Mastercard - Paypal

Coin des libraires

Pour les libraires uniquement (pas pour les particuliers !), les guides Lepère sont diffusés par

Cartothèque-Editour
Z.A.C. de la Liodière
25 rue de la Flottière
CS 30445
37303 JOUE LES TOURS Cedex
Tél : 02 47 62 28 28

Menu