Bulletin Camino janvier 2014

Pour recevoir gratuitement le bulletin Camino par courriel tous les mois, pensez à vous abonner ! Il suffit d’envoyer un message à cette adresse : bulletincamino@aol.com

CAMINO

137 JANVIER 2014
bulletinCamino@aol.com
" Tous les chemins mènent à Compostelle "

Dans les deux derniers bulletins du Camino, j’ai pu lire des remarques
négatives concernant le refuge de Miraz. En 2012, j’ai eu l’occasion de
m’arrêter dans ce refuge, en tout début du mois d’avril. Je tiens à souligner
que j’ai été tout à fait bien accueilli par les personnes assurant la tenue du
gîte. Certes, ils ne parlaient ni espagnol ni français et mon anglais était
satisfaisant… La soirée passée dans ce refuge reste un très bon souvenir
pour moi. Tout dépend de la personnalité des hospitaliers…
François Rohart

Et vive la médiocrité ambiante !
Adieu 2013, voilà 2014… Politique, choix, renoncements, et pourquoi pas : Chemin ??…

2013… L’année des bonnets multicolores et… 2014 : l’année des beaux nez rouges ou des bonnets d’ânes ? Une bonne santé, la paix dans les familles, un emploi pour ceux qui se lancent dans la vie, ou ceux qui cherchent, des assiettes pas trop vides, enfin, avec juste ce qu’il faut pour se nourrir correctement, et la Paix en Europe… bien sûr !

Tout le monde va vous dire la même chose en ce début d’année 2014, et d’ailleurs peut-on souhaiter des difficultés et des jours sombres pour chacun ? Non bien sûr ! Mais… En ce froid mois de janvier 2014, n’oubliez pas votre bonnet de laine, pour protéger vos oreilles des engelures, mais choisissez bien la couleur de celui-ci, car :
Les bonnets rouges pour la Bretagne pour dire stop au racket fiscal. Les bonnets verts contre la TVA. Les bonnets roses qui affichent un ras le bol général… et les bonnets d’ânes pour tous nos hommes politiques français, depuis 30 ans… (au moins !!)

Et si la solution était sur le chemin ? Vous savez bien… cette voie tracée au loin, ce sentier qui au fur et à mesure se déroule, comme si le tapis avançait tout seul sous nos pieds. Car le chemin est exigent avec le pèlerin, il encourage celui qui fournit l’effort, celui qui avance, celui qui veut découvrir ce qu’il y a derrière le mur de son jardinet, et laisse derrière lui celui qui renonce, celui qui a peur, celui qui attend qu’on le pousse ou qu’on le traîne…. La vie est faite constamment de renoncements, de choix… et celui qui ne choisit rien, ne s’engage en rien, fuit la réalité… ne peut rien espérer d’autre que la médiocrité, l’ennui et l’oisiveté.

Ce Chemin c’est l’exigence, c’est le nivellement par le haut… tout le contraire de ce qui est fait depuis presque 2 générations… Nous devrions exiger de tous nos dirigeants de tous bords confondus qu’ils descendent de leur fauteuil capitonné, de leur piédestal doré parisien, et viennent voir, dans nos familles, dans nos entreprises, dans nos campagnes abandonnées, dans nos banlieues, où trop rarement le goût de l’effort est encouragé, le souhait de la réussite mis en avant… Finalement tous égaux mais surtout tous au ras des pâquerettes de la médiocrité…

À leur entrée en fonction dans toutes les strates (planquées) de notre beau pays, nous devrions exiger de chaque homme politique qu’il arbore un sac à dos usé, des chaussures aux semelles râpées, un bronzage prononcé sur le côté gauche (à cause du soleil qui du Puy à Santiago vous bronze le gauche droit plus que le côté droit, pas d’allusion politique dans ce propos !), et surtout des étoiles dans les yeux… Notre société est bancale parce que l’oisiveté a pris le dessus sur le courage… La combine a pris le dessus sur le respect, l’argent à pris le dessus sur l’Homme, et chacun pioche dans la caisse pour avoir la part d’un gâteau toujours plus petit au fur et à mesure des années ; « ça tiendra bien encore 3-4 ans tout de même » se disent-ils…

Un peu de bon sens, un peu d’honnêteté, un peu de respect pour ceux qui travaillent, un peu de considération pour ceux qui ont façonné la France il y a 20 ans, 30 ans, 10 siècles, un peu de respect aussi pour les familles, petites, moyennes et grandes… Est-ce trop leur demander… ? Quand ils sont là, en responsabilité ils détruisent, détricotent, suppriment, alourdissent, ignorent, réprimandent, et quand ils sont dans l’opposition ils ont subitement la solution… « Mais oui, mais c’est bien sûr !»

Gardons courage, vivons d’espoir, c’est bien tout ce qu’il nous reste finalement ici bas ! Le Beaujolais primeur est arrivé il y a peu de temps en novembre ; gageons que nos hommes politique l’aient goûté ensemble dans leur tour d’ivoire, afin qu’ils aient à peu près tous en 2014, de beaux nez rouges. Là au moins ils nous feront rire « pour de vrai »…
François LEPERE, rédacteur en chef du bulletin Camino.

Il se trouve qu’en septembre 2012, venant de Vilalba, je me suis arrêté au gîte de Miraz. Je suis arrivé vers 16h30 et j’ai été accueilli par deux hospitalières anglaises tout à fait chaleureuses. J’ai pris, naturellement, ma place à mon tour (il y avait déjà cinq ou six pèlerins), trois ou quatre autres sont arrivés ensuite, eux aussi reçus à bras ouverts. Comme le bar était fermé et que je n’avais pas de provision (eh oui j’avais mal calculé mon coup), les hospitalières ont partagé leurs réserves avec moi et le repas pris en commun avec tous les présents a donné lieu à une belle discussion pèlerine. Qu’elle se soit tenue dans un improbable sabir anglo-hispano-français n’a pas empêché qu’elle soit passionnante. Bref ce fut une très belle étape surtout grâce à ces deux femmes, à leur gentillesse et à leur sens du contact. Désolé pour Guy, mais tous les hospitaliers ne se ressemblent pas. Chaque pèlerin, pourvu qu’il ait foulé suffisamment longtemps les chemins de Saint-Jacques, a fait une ou deux mauvaises expériences, mais cela fait partie des risques du voyage et, en général, on a plutôt affaire à des belles personnes comme on dit aujourd’hui. Amitiés jacquaires.

Jean-Paul Rousseau, jean-paul.rousseau@auxerre.com

(Suite au texte de Guy Gautier, Camino de novembre 2013)
Je suis passée aussi par ce gîte de Miraz sur le Camino del Norte en octobre 2008 et j’ai été accueillie par trois hospitaliers très hospitaliers. J’étais arrivée tôt dans l’après-midi (vers 15h30) avec une cueillette de champignons des prés, les hospitaliers m’ont proposé du thé, des petits gâteaux pour me réchauffer.
L’ouverture à 16h d’un gîte ne me paraît pas tardive par rapport surtout à ce que l’on rencontre plus loin. Pour ma part, j’ai cuisiné les champignons et fait une salade d’herbes sauvages pour tout le monde, et les hospitaliers nous ont offert une « soupe complète » et bien revigorante.
Je suis très heureuse de ma rencontre avec ces hospitaliers, c’est même une de mes meilleures soirées et je suis désolée que Guy ait eu un si mauvais contact, cela arrive puisque ces équipes de bénévoles se relaient tout au long de l’année. Mais je tenais à témoigner du bon accueil que j’ai reçu car s’il y a des « brebis galeuses » dans les équipes de bénévoles hospitaliers (comme il y en a chez les pèlerins), je ne pouvais pas ne pas réagir et rendre hommage à toutes les femmes et tous les hommes qui nous donnent de leur temps, de leur chaleur et la connaissance de leur territoire.
Vous en souhaitant bonne réception.
Marie-Baie ambv11@neuf.fr

Aux Amis pèlerins
Suite au message publié dans le n° du Camino de décembre (n° 136) où je demandais si quelques uns d’entre vous pouvaient m’éclairer et me conseiller sur les conditions et les étapes du chemin de la Plata. Dès le lendemain je trouvai dans mes mails plus de 30 messages de pèlerins, tous plus sympas, chaleureux et efficaces les uns que les autres m’apportant témoignages, plannings de parcours, conseils… À tous un très grand merci, non seulement parce que vos infos me sont d’une aide précieuse, mais parce que cette manifestation de fraternité est le plus beau des tonics. On se sent « porté »… Grâce à vous c’est décidé, je pars cette année dans la confiance accompagnée de toute cette fraternité. C’est certain : on n’est pas seul sur le chemin. MERCI
Anne

Vends refuge pour pèlerins et maison d’habitation attenante
sur la voie de Tours vers Compostelle,
(sud de Poitiers), tél 06 27 71 40 34.

Voie de Tours, Via Turonensis
Une MAISON DU PELERIN sera mise prochainement à disposition des pèlerins de passage à BORDEAUX (Voie de TOURS). Cet hébergement offrant 16 places, situé en centre-ville dans le coeur historique de la cité, 28 rue des Argentiers, sera ouvert dans le courant du deuxième trimestre 2014.
Dès maintenant notre association BORDEAUX COMPOSTELLE HOSPITALITE SAINT JACQUES en charge de la gestion et de l’accueil de la « Maison du pèlerin » fait appel aux hospitaliers qui souhaitent s’inscrire pour une mission durant les mois d’été (juin-juillet-août-septembre).
Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter aux coordonnées suivantes :
ASSOCIATION BORDEAUX COMPOSTELLE HOSPITALITE SAINT JACQUES
76 rue Général de Castelnau
33200 BORDEAUX
Tél : 06 47 67 50 14
Courriel : contact@bordeauxcompostelle.fr
Site : www.bordeauxcompostelle.fr (ne sera mis en ligne qu’au 1er trimestre 2014)

Texte inspiré du chemin. L’étrange peuple du chemin.

Il faut bien admettre que le chemin de Compostelle s’éteindra de lui-même, comme un arbre ayant traversé la vie au pas des saisons. Il a connu la naissance frileuse du premier hiver, une graine germée dans le coeur de quelques chrétiens forts de leur courage et de leur foi, marchant main dans la main avec un Dieu qui les guide comme une étoile filante. Puis, deux, puis trois, sauvages, courageux, solitaires, mêlant leurs prières à la course des vents. Certains, vaincus par la maladie et la mort, l’inhumaine violence aussi et qui ne virent jamais le chemin du retour.
Puis, des marcheurs de plus en plus nombreux, en quête de pardon, de réparation, un voeu, un espoir, une punition. Et le chemin se forme et se déforme au gré de l’élan spirituel ou mystique des hommes. On défriche, on crée des gués, des hôpitaux, des asiles, des troupes de protection, des lois, des signes de reconnaissance…
On accueille de mieux en mieux, on répare les corps malades ou épuisés. On nourrit. On crée des codes, une crédencial, des balisages. Le chemin devient rassurant et accueillant. Les inquiets, les fragiles, les semi-pantouflards s’y essayent à un pas de danse et se réjouissent de vivre l’aventure d’un chemin ami aux étapes régulières où tout concourt à leur bien-être et où l’hospitalier, prévenant et de bon conseil, leur ouvrira sa porte et son coeur.
Habitant d’une civilisation en doute et en errance, l’on voudrait parfois ne plus quitter le chemin et s’y fondre. Ou le quitter différent et accomplir les rêves qui se sont tissés au fil des pas. Habitant d’une société de consommation à outrance, l’on se dit que c’est un moyen confortable et peu onéreux de traverser l’été, sur la pointe des pieds avec la sécurité garantie, de belles amours possibles et toujours la possibilité d’arrêter la croisière, si cela n’était pas si bien que cela…
Habitant de la misère et du désespoir, l’on se dit, qu’il y aura peut-être assez de compassion sur ce chemin pour qu’on y partage les mots et le pain, pour l’heur d’une poignée de main, pour un salut, pour une épaule. Habitant des couloirs divins, avec le bon Dieu dans sa poche, des prières plein la valise, scout toujours prêt et disponible, carillonneur des églises, l’on étudie, hochant la tête, ce drôle de peuple multicolore qui grouille et questionne et s’agite. Dieu, quels étranges invités à ta table et pour quel souper ?
Habitant des silences sages, le pas lourd et la voix sauvage, entre la ronce et le houx, fils des ornières, taiseux superbe, quêteur soucieux de solitude, de silence, de contemplation, où trouveras-tu ton espace ? Aube, crépuscule, brumes, ténèbres ? Comment fuiras-tu cette fièvre qui s’empare de tes chemins creux? Toi, l’hospitalier, reconnaissant de ce que te fut le chemin, d’accueil, d’amitié, de rassurance, de liberté, de délivrance, tu lances ton long chant d’amour avec à la main ton balai, à la cuisine tes casseroles, à l’accueil ton regard discret et le soleil de tes paroles, toi qui sais, éperdu de reconnaissance, des souvenirs à bras le coeur, tu les regardes partir ému, un rien nostalgique pourtant sous le clin d’oeil moqueur du vent.
Il en passe tant de pèlerins, il en passa tant, ils viendront, chemineront à leur manière, avec parfois des commentaires dégringolant sous les talons. Non, ils ne sont pas tous aimables, désobligeants, bourrus, frimeurs, irrespectueux, bagarreurs, profiteurs, voleurs même, fainéants, presque insupportables. Non, ils ne sont pas tous généreux, attentifs, la larme aux yeux, émus de l’aventure humaine, prêt à alléger votre sac, à vider leur coeur dans le vôtre, à chanter des alléluias l’âme en de célestes ébats, à accompagner l’escargot dans sa traversée laborieuse, l’abeille dans sa quête précieuse, la vieille et son fuyant troupeau.
Ils sont de cette race humaine qui s’apprivoise avec tant de peine. Une créature incertaine, capricieuse livrée à elle-même, un drôle de ramassis d’humeurs, de caractères imprévisibles. Un jeu dont nul ne sait la règle et qui sans cesse se dérègle. Un puzzle dont les pièces s’assemblent avec grand mal, une anarchique ritournelle.
Mais chacun apporte sa part, son état d’être, son histoire, son étincelle si bien cachée qu’il faut des fouilles pour la trouver. Chacun donne à l’autre de quoi grandir, apprendre la patience, souffrir, supporter, tempérer, admettre, tolérer, bénir, rire et chanter, comprendre ou ne pas comprendre, accepter, s’étonner, pardonner, écouter l’écho du silence. Chacun donne ce qu’il veut offrir, ce qu’il ne peut pas retenir, ce qui l’habite, ce qui le broie.
Chacun, une empreinte de chair, chacun une goutte de sang, nul ne reviendra comme avant, et de cet alambic humain, après moult fermentation, verra, comme montant dans l’azur, les vapeurs d’effluves les plus pures, les espoirs les plus merveilleux.
Le pèlerin est notre frère, notre miroir, notre conscience. Il nous est un enseignement loin de toutes sciences. Il pose ses doigts sur nos plaies, nous montrant nos limites et son rire sur nos fronts en guirlande à nos rires. Il est notre ombre et notre lumière. Peut-être ne trouvons-nous en lui que ce qui est en nous. Nous sommes tous ce chemin, frère, nous sommes le chemin, sans distinction.
Josuah Rey, verdurlure@gmail.com

Notre association recherche des hospitaliers pour son gite de Gramat (LOT, voie de Conques à Rocamadour). Notre gite comprend 12 couchages pour 5 chambres. L’hospitalier doit assurer le repas du soir et le petit-déjeuner ; les périodes d’hospitalité sont de 15 jours. Ouverture du 15 avril à fin octobre
lien www.gramatgitepelerin.com courriel : gite.gramat@gmail.com
Concernant notre gite associatif, il est situé sur la voie de Conques a Rocamadour, il est composé de 5 chambres avec sanitaires repas du soir et petit-déjeuner. Libre participation pour les pèlerins. 26€ pour les randonneurs

CHARTRES… L’ ASSOCIATION DES AMIS DE ST JACQUES D’EURE ET LOIR PRÉSENTE : UN CAFÉ CAMINO le 14 janvier 2014 à 18 h. PARTIR À COMPOSTELLE : POURQUOI ? QUAND ? COMMENT ?
AU CAFÉ SERPENTE – 2 Cloître Notre-Dame 28000 CHARTRES. DONATIVO. Renseignements : 06 09 89 59 22. PARTICIPATION VOLONTAIRE, Présentation par les membres de l’association, témoignages de pèlerins, la préparation, le sac, le départ, le lieu, le trajet…

Samedi 1er février 2014 à 14h30, « 11e Rencontre de pèlerins » à l’Auberge du Vivier, 109 Avenue de la Gare HABAY-la-NEUVE (Belgique)
Au programme:
– Témoignage: « Un rêve devenu Camino » par Marie-Josée GILLET, pèlerine originaire de Virton. En juin 2012, Marie-Josée a pris la route pour concrétiser un rêve d’adolescente après une heureuse carrière d’institutrice. Venez partager ce grand rêve réalisé par Marie-Josée en marche vers Compostelle.
– Échanges autour d’une collation.
– Présence de la Librairie de l’Association Belge des Amis de Saint Jacques.
Une organisation du groupe-relais « Saint-Jacques de Compostelle – Sud-Luxembourg », site internet
www.saintjacqueslux.be

Ancienne, actuelle et future pèlerine, j’habite depuis 7 ans un petit village du Lot (46), près de Gourdon, situé à quelques kilomètres de la variante du chemin du Puy dite de Rocamadour. Depuis 7 ans je me suis signalée auprès des offices de tourisme, des prêtres, de l’accueil de Rocamadour pour faire savoir que je propose un accueil « donativo » aux pèlerins munis de la « Crédentiale ». Malheureusement, jamais l’information n’a dû être transmise puisque le seul pèlerin que j’ai accueilli c’est moi qui l’ai intercepté sur le bord d’une départementale !
Aujourd’hui je prends le taureau par les cornes et m’adresse directement aux pèlerins par l’intermédiaire bienveillant du bulletin Camino. Alors si vos pas vous mènent sur cette variante, sachez que vous pouvez trouver chez moi le gîte et le couvert « donativo », soit dans une caravane, soit dans une chambre. Ma maison étant située hors chemin à 10 km de Gourdon et à 5 km du Vigan, je peux venir vous chercher en voiture et vous ramener sur le chemin le lendemain. Mais vous pouvez aussi venir à pied par un itinéraire que je vous indiquerai et je me ferai un plaisir de vous accompagner sur quelques kilomètres si je suis disponible.
Bref vous l’aurez compris, si vous êtes pèlerin avec Crédentiale, je me ferai une joie de vous recevoir pour partager avec vous la richesse de nos expériences des chemins de St Jacques. N’hésitez pas à me contacter : Véronique, 06 81 00 86 51 ou chamarluke@orange.fr

L’accueil chrétien d’Estaing et les moniales cisterciennes de Bonneval (à 15 km avant Estaing) recherchent des hospitaliers pour accueillir des pèlerins (une période de 2 semaines minimum) en Chemin vers Saint-Jacques, pour accueillir, mais aussi réparer, jardiner, recoudre, cuisiner, et même passer le balai… ;-). Il faut aimer servir les autres, être autonome, et accepter de sortir de son petit « train train quotidien ». Le vrai bonheur est-il dans le « moi, mon smartphone, mon internet» ? ou alors dans les « aider, aimer, servir »… ?? À vous de voir… Contacter Léonard au 05 65 44 19 00.

Le Chemin Vu Autrement …..
Vous avez aimé le CHEMIN DE St JACQUES !
Vous souhaitez le faire découvrir à votre famille, à vos proches, à vos amis
Nous vous proposons un séjour en étoile au départ du Domaine des Mathieux, havre de paix et ressourcement au coeur du Chemin, situé dans le LOT, afin de pouvoir partager avec vos proches cette merveilleuse aventure qu’est le
CHEMIN DE COMPOSTELLE…
Nous sommes à votre disposition au 05 65 31 75 13
soit : info@domainedesmathieux.com
soit : www:domainedesmathieux.com

Venez partager un moment surprenant et gratuit, une expérience des étoiles : liberté, égalité, fraternité, confiance, effort, apprentissage, magie,… Marie GABRIEL et George SANZ, arrivés à Compostelle depuis Gignat (63) en 2011 et aussi en 2012, proposent des questions sur la Voie des Étoiles, le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, et nous partagent des réponses, la voix des pèlerins de tous horizons :
– Le samedi 11 janvier à 15h, Petit Théâtre Impérial à Vichy (03).
– Le jeudi 16 janvier à 14h30, Salle Wallis à la Maison des Associations d’Issoire (63).
– Le jeudi 23 janvier à 20h, Restaurant LA GRENOUILLE à Pèrignat-es-Allier(63).
– Le samedi 25 janvier à 15h30, Médiathèque de Saint-Flour (15). Rens : 07 60 52 37 64

URGENT
Recherchons hospitaliers pour accueil paroissial Maison Kaserna, 43 rue d’Espagne à St Jean Pied de Port (64). En 2014, du 15 mars au 5 novembre, périodes de 8 à 15 jours, voire plus, du lundi au dimanche. Accueil en donativo, 12 places en demi-pension. Hospitaliers logés sur place (2 ou 3 places). S’inscrire avant le 31 janvier 2014. Contact : Jean-Claude par internet jcisard@hotmail.fr
Préciser numéro téléphone et adresse postale

VIA TURONENSIS
Quelques extraits du bulletin des hôtes de la voie de Tours vers Compostelle accessible gratuitement sur le blog www.tranquilles.fr

Voir pratiquement quotidiennement des pèlerins sillonner les voies de notre si chère commune du Poitou sonne comme un enchantement ! En effet, de plus en plus de personnes en quête de spiritualité, de paix intérieure, de silence, d’humilité, décident de parcourir ce périple. À Saint-Léger-de-la-Martinière, la rue principale porte le nom suivant : « Grand chemin Saint-Jacques » et, dans le bureau du maire, sur le manteau de la cheminée sont sculptées deux coquilles Saint-Jacques. De plus, le papier à en-tête de la mairie est symbolisé par ces deux coquilles. Que de signes qui ne trompent pas !
Christophe LABROUSSE
maire de St Léger la Martinière 79

[…] Donc ça prouve que le donativo reste possible. […]: il y a de la vraie hospitalité sur le camino. J’ai remarqué que des hospitaliers motivés veulent que le camino continue à être un endroit de rencontre et d’amitié. Mais j’ai aussi remarqué que le pèlerin moyen devient de plus en plus un touriste qui veut payer le moins possible sans se soucier des gens qui viennent après lui.
Ludo des Flandres.

6 ans, jour pour jour, après son premier passage en Poitou en qualité de pèlerine, Sylvie a tenu à revenir pour fêter sa nouvelle union avec Patrick. Nos deux québécois sont venus spécialement prendre un temps de prière à l’accueil de St Romans les Melle. Avant un temps intime de convivialité, Sr Annick Chouin ancienne pèlerine, a dit du bien de leurs engagements respectifs. […]

Elles ont choisi de s’appeler entre elles les « Jacquottes ». Depuis bientôt 2 ans, ces souriantes hospitalières se relayent pour accueillir les randonneurs des chemins de St Jacques passant aussi par Brioux. Désormais la maison des arts héberge aussi les pèlerins, artistes s’il en est, toujours plus nombreux. […]
Jean-Jacques PAGERIE Saint-Sauvant en Vienne

Pérégriner sans les enfants. Cette année 2013 nous avons décidé de commencer en couple notre chemin vers Saint Jacques de Compostelle. La Via Turonensis en partant de Tours pour une arrivée à Saintes, […] c’est avant tout l’impression d’une main bienfaitrice qui vous lève chaque jour de votre lit, une aide aimante qui intervient quand votre mental ne tient plus la distance – et c’est le cas de le dire – et surtout un accueil amical et bienveillant qui vous attend chaque soir.[…]
Tristan et Hélène de Roux , Noyal sur Vilaine, Bretons d’lle et Vilaine

[…] Certains pèlerins ont besoin de parler, raconter des épisodes de vie, d’autres ne disent rien, mais tous apprécient cette halte bienfaisante, calme et confortable dans sa simplicité. Parfois il n’y a personne, dommage, peut-être demain ? Ainsi va la vie d’hospitalière, « maîtresse de maison », toujours dans l’attente de la rencontre, des relations humaines privilégiées, un cadeau formidable du chemin !!…
Geneviève THOMAS
La Tremblade en Charente Maritime

Le chemin de Tours est particulier et très agréable. Il est presque plat de Tours à Saint Jean Pied de Port. Ceci permet progressivement d’améliorer sa forme. […] Terminons par un souhait : puissions-nous retrouver cette fraternité au retour dans nos associations jacquaires. On peut toujours espérer. Seigneur, aide nous ! Saint Jacques fais quelque chose, avec l’aide de La Vierge Marie, un miracle est toujours possible.
Jean-Michel ESTIVIE de Tours

!! Attention guides offerts !! : Les éditions Lepère, pour vous prouver la très grande qualité de leurs guides, vous offrent (dans le N° 139 de mars 2014) la réédition 2014 de la voie d’Arles, la via Tolosana
RDV dans le N° 139 de Mars 2014… A bientôt donc !!

Lepère éditions, 13 Le Bourg, 27270 Grand-Camp, www.lepere-editions.com

2 réponses à Bulletin Camino janvier 2014

  • denis dit :

    j envisage de partir sur le camino del norte debut juin de cette année.
    quelques commentaires de celles et ceux qui ont marche en 2015.
    Merci

    bernard

  • le guen dit :

    bonjour j’aimerais rencontrer une personne avec qui faire le chemin de compostelles, je vous laisse ici mon n° de portable 0648011844

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Panier

Carte Bancaire BNP - CB - Visa - Mastercard - Paypal

Coin des libraires

Pour les libraires uniquement (pas pour les particuliers !), les guides Lepère sont diffusés par

Cartothèque-Editour
Z.A.C. de la Liodière
25 rue de la Flottière
CS 30445
37303 JOUE LES TOURS Cedex
Tél : 02 47 62 28 28

Menu