Bulletin Camino septembre 2013

Pour recevoir gratuitement le bulletin Camino par courriel tous les mois, pensez à vous abonner ! Il suffit d’envoyer un message à cette adresse : bulletincamino@aol.com

CAMINO

133 SEPTEMBRE 2013
bulletinCamino@aol.com
" Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais, d’un pas ferme " (saint Augustin).

Je recherche un lieu d’accueil et de ressourcement à créer ou à gérer où je souhaite développer des activités en lien avec la nature (randonnées à thème) du bien être et des activités artistiques. Si des personnes ont des lieux à développer ou sont intéressées par ce projet, vous pouvez m’adresser un mail à l’adresse suivante :
cathy.lesne@laposte.net
Ultreia !

À  découvrir « Ultreïa » !  Pièce de théâtre en cinq tableaux (distribution : 12 personnages).
« Ultreïa » est une pièce de théâtre relatant l’histoire contemporaine de pèlerins cheminant du Puy à Saint-Jacques. On dit que le chemin de Compostelle ne se raconte pas, qu’il faut le vivre… J’encourage cette pensée, malgré tout « Ultreïa » est bien présente… Je laisse aux futurs comédiens le soin de transmettre cette formidable aventure au public. « Ultreïa » est téléchargeable sur le site « leproscenium ». Auteur : Léongue Philippe. Mon blog : http://philippeleongueauteur.blogspot.com Bon Camino à vous tous ! Ultreïa !            leongue.philippe@neuf.fr

WEEK-end de REFLEXION : « CHEMINEMENT apres le chemin »

Pour vous qui avez aimé le Chemin de Compostelle, l’avez réalisé en partie ou en entier, COMPOSTELLE 2000 organise un Week-end  de réflexion et d’échange.
Il se déroulera les samedi 16 et dimanche 17 novembre 2013  au Prieuré St-Benoît à ETIOLLES près d’EVRY (91).  Dans une ambiance conviviale, il permettra de partager nos expériences et d’esquisser notre route de demain.

Nous aurons la chance d’avoir le témoignage d’une pèlerine, poétesse, Josuah Rey, auteur du savoureux recueil  « Mon chemin de Compostelle » et celui du Frère Benoît Billot, fondateur de « la Maison de Tobie » qui nous fera part de ses riches expériences spirituelles.   Si vous êtes intéressés, contactez  rapidement COMPOSTELLE 2000, 26 Rue de Sévigné  PARIS  75004  tél : 01 43 20 71 66   
site : www.compostelle.org    compostelle2000@orange.fr

À vendre à MAROLS, lieu d’étape sur le chemin entre Cluny (ou Lyon) et Le Puy, une ancienne ferme rénovée, à 200 mètres du bourg, comprenant quatre chambres d’hôtes confortables et une partie privative. Passage de nombreux pèlerins, notamment allemands.
06 26 08 09 36 ou 06 80 47 15 74 ou pmdugas@wanadoo.fr

VENDS cœur de ville de ST LEONARD DE NOBLAT sur le chemin de Compostelle Voie historique de Vézelay – Un immeuble comprenant un logement principal 85 m2 – 2 logements loués – et 2 logements servant d’accueil pour pèlerins. Renseignements JOCH SEREX EVELYNE TEL 05 55 37 19 01 – 06 08 02 91 10.
Accueil pèlerins connu et référencé dans les guides sérieux.

Le Chemin vu autrement …..
Vous avez aimé le CHEMIN DE ST-JACQUES !
Vous souhaitez le faire découvrir à votre famille, à vos proches, à vos amis

Nous vous proposons un séjour en étoile au départ du Domaine des Mathieux,
havre de paix et de ressourcement au cœur du Chemin, situé dans le Lot, afin
de pouvoir partager avec vos proches cette merveilleuse aventure qu’est le
CHEMIN DE COMPOSTELLE…
Nous sommes à votre disposition au  05 65 31 75 13
soit : info@domainedesmathieux.com
soit : www:domainedesmathieux.com

En juin dernier, j’ai rencontré sur le chemin portugais Rita et Jean-Paul, un couple de Belges (de Charleroi, je crois).  Nous nous sommes rencontrés à Mealhada et perdus de vue 3 jours plus tard, un peu avant d’arriver à Oliveira de Azemeis. Ce sont des habitués du chemin, ils ont parcouru plusieurs voies depuis 7 ans. Si vous les connaissez, j’aimerais beaucoup les retrouver. Merci d’avance. Christine :
Kiddie@crossplanet.com

L’Association La Voie des Étoiles propose l’inhabituel « CHEMIN à COMPOSTELLE, la voix des étoiles ». Juin 2013 : « Le premier ouvrage qui te fait marcher à la manière d’Hérodote par l’Âme Universelle du Chemin, les sentiments des pèlerins, la voix des étoiles. Belle collection de témoignages des cinq continents transcrite par Jorge SANZ et illustrée par le célèbre Bernard DEUBELBEISS ».
Facebook : https://www.facebook.com/lavoixdesetoileslavozdelasestrellas 14 € en librairie, 13€50 directement au +33 473 544 781 ou georgesanz2012@gmail.com ou wariche@hotmail.com

Compostelle en Queyras

Dans le Queyras, les nouvelles bornes de signalisation départementales commencent à jalonner les chemins de grande randonnée. Le poteau indique le nom et l’altitude du lieu, les lames indiquent les directions avec les distances et les temps ainsi qu’un ou plusieurs logos. Par exemple le logo GR 58 avec deux traits : blanc-rouge. Certaines, comme à la sortie d’Aiguilles vers Meyries, portent le logo officiel  des chemins de Compostelle. Bientôt, avec la signalisation des sentiers de petite randonnée, c’est tout un itinéraire marqué « chemin de Compostelle » qui va traverser le Queyras, du col des Thures jusqu’au col Garnier, en passant par Abriès, Aiguilles, Meyriès, Souliers, Arvieux, Villargaudin, Escoyères, Furfande.

Mais pourquoi ce chemin de Compostelle en Queyras? C’est un projet en gestation depuis 2008 à l’initiative du Père Jean-Luc Grizolle. Depuis très longtemps le col Lacroix (de la Croix) est un passage géographiquement évident entre le Piémont et la vallée de la Durance. Au Moyen Âge, des édifices balisent cet itinéraire allant de Turin à Guillestre par le Queyras : l’abbaye de Staffarda fondée en 1135, lieu d’accueil des pèlerins en Piémont, le refuge des frères de la Madeleine au col Lacroix attesté en 1228, le prieuré sur l’emplacement actuel de la chapelle Sainte-Marie-Madeleine aux Escoyères dès le XIe siècle. Plus tard, de nombreuses chapelles ou oratoires sont dédiés à saint Jacques sur la rive droite du Guil, notamment au Villard-d’Abriès, à Meyriès, à Villargaudin ; de même on trouve des chapelles ou oratoires dédiés à saint Roch, le célèbre pèlerin. Ainsi, un chemin de Compostelle en Queyras est tout à fait justifié ; il ambitionne par la même occasion de mettre en valeur le patrimoine naturel et cultuel du Queyras.  Aujourd’hui, s’il est proposé de joindre Abriès à Aiguilles par le hameau et le lac Malrif, c’est à la fois pour profiter d’un panorama exceptionnel et pour admirer l’une des quatre chapelles jumelles offertes par Louis XIV après la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Le chemin de Compostelle en Queyras se devait de passer à proximité de ce joyau cultuel : saint Barthélemy au Roux-d’Abriès, saint Louis à Eygliers d’Aiguilles, sainte Élisabeth au Chalvet des Borels, saint Charles Borromée au Rouet.

Cette traversée jacquaire du Queyras a été conçue comme une variante du chemin principal (GR 653D) qui suit la Via Domitia par Montgenèvre. En Italie elle se rattache à la Via Francigena au niveau de Cesana Torinese avec une belle montée au col des Thures par Bousson et Thuras. Du côté français on rejoint Eygliers par Gros. Ainsi, en prenant la variante du Queyras et en remontant par le chemin principal, se dessine une boucle jacquaire, correspondant à une bonne semaine de marche, qui attirera certainement les pèlerins et les randonneurs en quête de paix et de spiritualité. Cette boucle a été inaugurée en juin 2010 par un groupe de 25 amis des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et de Rome. Et n’oublions pas que dans l’autre sens notre chemin transfrontalier mène à Rome… 
fouque.christian@orange.fr

Lors de notre pèlerinage sur le Camino del Norte , nous avons trouvé le lundi 20 mai 2013, juste avant Villaviciosa, une camera video (Sanyo) accrochée par la dragonne à un taillis qui bordait un bourbier (les conditions météo étaient affreuses !)
Nous avons remis cette caméra à la personne qui gère le gîte communal de Vega de Sariego au bar Rufo T: 985-74-81-20
En espérant qu’elle puisse retrouver son propriétaire.
Juliette et Guy   gmatteo@club-internet.fr

À propos du film qui sortira au cinéma le 25 septembre 2013, The Way – la route ensemble d’Emilio Estevez, dans lequel il tient le rôle principal

« Mon père Francesco était originaire de Galice et, enfant, j’ai toujours entendu des histoires à propos de ce mystérieux chemin de Compostelle.

J’ai eu la chance de pouvoir faire une partie du chemin avec mon petit-fils – et fils d’Emilio – Taylor et un de mes meilleurs amis. C’était un formidable voyage. Dans une auberge-étape, Taylor a rencontré celle qui allait devenir son épouse. Il vit depuis à Burgos. À mon retour, je n’arrêtais pas de dire à Emilio qu’il devait écrire un scénario autour du chemin, que c’était un sujet que nous devions explorer ensemble. En vieillissant et en devenant plus mature, on revient toujours aux mêmes questions « Qui suis-je » et « Quel est le sens de ma vie ? », notre place dans l’univers, les injustices et les inégalités dans ce monde.

Le pèlerinage est une épreuve physique où l’on se confronte à la nature et aux éléments. C’est aussi rude avec un sac qui vous épuise, des nuits dans des chambres communes souvent peu confortables. Le chemin est une expérience personnelle mais où on se retrouve vite à faire partie d’une communauté, celle des pèlerins qui font le même chemin au même moment.

Personne ne peut vous aider à marcher mais vous planifiez souvent ensemble vos repas, votre couchage, les étapes. Le pèlerinage, c’est un voyage à la fois intérieur et extérieur. Plus on arrive vers le point d’arrivée, plus on se rapproche de soi-même, de notre véritable nature. On comprend que nous faisons partie d’une communauté, que nous avons une responsabilité par rapport au monde qui nous entoure. On comprend que la vie peut offrir de grandes joies et satisfactions.

Il est clair que nous sommes le seul responsable de notre propre bonheur. Chacun peut choisir ce qui le rend heureux mais il ne peut y arriver sans mener une vie honnête. C’est toute la beauté et le miracle de la vie. C’est mon film le plus personnel, il me touche à chaque fois que je le vois. »

Martin Sheen

La rédaction vous donne rendez-vous dans les numéros de cet automne pour vos remarques sur ce film qui est bien fait et qui décrit assez fidèlement le chemin, ses difficultés, ses joies, ses monuments…  ses rencontres

LA VIA FRANCIGENA DE SIGERIC

De Pontarlier au Grand-Saint-Bernard 200 km : 8 étapes

À mettre en poche : format A5, 72 p., 117 g, 90 photos
ISBN 978-2-88194-275-4   Prix 10 € / 12 chf. Diffusion : Éditions Mon Village; www.francigena-international.org BOUTIQUE–SHOP online
Depuis / dal / seit / since 1997 AIVF

- est à l’avant-garde de la revitalisation des voies historiques
– è all’avanguardia nella rivitalizzazione delle vie storiche
– engagiert sich AIVF für die Wiederbelebung der historischen Routen
– has been in the forefront of reviving historic routes
– Un magnifique guide topographique complet et en couleurs pour la Via Francigena de Sigeric en Suisse, alliant la joie du pèlerinage à pied à la connaissance historique.
– Il comprend 16 cartes 1:50.000, la description détaillée de l’itinéraire avec une liste hébergements possibles pour pèlerins et informations géographiques et culturelles, entre autres celles relatives à des sites et monuments médiévaux peu connus.
– À conseiller à tous les amateurs, à pied ou en vélo, pour découvrir ou redécouvrir « une Suisse » au carrefour du réseau routier international autour de l’an 1000.

Suite au texte publié dans le bulletin Camino d’aout 2013 (n° 132)

Bonjour,
Quelle merveille que ce Chemin qu’on dit rempli d’étoiles… En 2009, mon mari et moi-même, âgés de 65 ans, avons marché du PUY en VELAY à SANTIAGO du 17 mai au 19 juillet. À la lecture de votre courrier, nous avons eu la très nette impression de vous avoir rencontrés.
Nous est en effet revenu le souvenir d’un couple dont la jeune femme était enceinte et qui, un soir de rencontre, nous avait dit avoir pris le car pour traverser la Meseta. J’avais cru sentir comme un petit brin de culpabilité dans ces mots, et j’avais répondu que le plus important, c’était bien de protéger cette nouvelle vie plus tôt que de risquer une fausse-couche sur le chemin …
Nous savions aussi, parce qu’il nous en avait parlé, que l’homme du couple avait été marié et avait un (des) enfant(s) de la précédente union. La jeune femme marchait avec un magnifique bourdon.
Le lundi 13 juillet (j’ai repris mes notes) nous faisons halte pour la nuit à l’albergue del Puerto à ALTO DO POYO et qui voyons-nous arriver ? Le couple en question avec lui, portant son sac sur son dos et celui de sa compagne sur le devant, car la montée était tellement rude qu’il avait voulu la soulager. Je la revois encore, dans le dortoir, allongée sur son lit pour récupérer tandis qu’il lavait le linge…
Dimanche 19 juillet : nous allons de PEDRUSO à SANTIAGO et nous marchons un moment avec ce couple et d’autres pèlerins en nous éclairant à la frontale car il très tôt, aux environs de 6h30, et il fait très noir dans le bois d’eucalyptus. Nous souhaitons tous arriver assez tôt pour la messe mais chacun continue à son rythme, Ce dimanche-là, à la cathédrale, il y avait un groupe de Sud-Américains costumés et « emplumés » qui ont joué des airs de leur pays.
Si vous êtes ce couple, sachez bien que vous nous avez marqués et que nous serions heureux d’en avoir la confirmation. Si ce n’est pas vous, peu importe, l’essentiel c’est la richesse des rencontres, et qui que vous soyez, nous sommes heureux de votre bonheur avec vos enfants et des richesses que vous avez partagées sur le chemin. Merci à vous. Et merci à Camino qui crée ce lien entre nous, chemineaux de Santiago et d’ailleurs.
Claude et Marie-Thérèse. claude.penet0137@orange.fr

Une tente au camping pour les cyclistes vers Compostelle

Si ce ne sont pas les deux mille cyclistes belges et hollandais allant à Compostelle qui s’arrêtent au camping La Croix de la Motte, à Marcilly-sur-Vienne, il y en a néanmoins un grand nombre d’entre eux. La coordination jacquaire de Sainte-Maure-de-Touraine, dont un des rôles est de faciliter le passage de ceux, de plus en plus nombreux, qui veulent aller à Compostelle en passant par la Touraine, a mis à disposition de la communauté de communes deux tentes permettant de répondre aux urgences d’hébergement. La première de ces tentes vient d’être installée au Camping La Croix de la Motte à Marcilly, charge au pèlerin d’acquitter son emplacement et de justifier sa progression avec son carnet de route dûment tamponné. Comme un symbole pour ce chemin de Compostelle, premier itinéraire culturel européen depuis 1987, c’est Roman, une jeune belge d’origine roumaine, peut-être née cette année-là qui, passant par la Touraine pour se rendre au bout de l’Espagne, a inauguré la nuitée au camping, dans la tente aux pèlerins.

Accédez à l’intégralité de cet article sur www.lanouvellerepublique.fr

Lepère éditions, 13 Le Bourg, 27270 Grand-Camp, www.lepere-editions.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Panier

Carte Bancaire BNP - CB - Visa - Mastercard - Paypal

Coin des libraires

Pour les libraires uniquement (pas pour les particuliers !), les guides Lepère sont diffusés par

Cartothèque-Editour
Z.A.C. de la Liodière
25 rue de la Flottière
CS 30445
37303 JOUE LES TOURS Cedex
Tél : 02 47 62 28 28

Menu